CE AFP – bilan 2009-11 : Le rapport Louette

Le rapport Louette, qui n’a été soumis aux élus du personnel qu’environ cinq semaines après sa remise au gouvernement, proposait de transformer l’AFP en «société nationale à capitaux publics» et de lancer une série de nouvelles activités dont la cohérence ne sautait pas aux yeux.
En soumettant ce projet, le PDG insistait beaucoup sur le besoin pour l’AFP de «se réinventer pour faire face aux mutations de l’information». Ayant participé, à la fin des années 1990, au lancement des premiers produits «Internet» de l’AFP, tout en gérant le contenu de son premier site web, j’étais en partie d’accord avec lui, tout en regrettant vivement son incapacité à analyser correctement les raisons du retard relatif de l’agence dans ces domaines.
A lire Pierre Louette, on pouvait penser que le principal obstacle à la modernisation de l’AFP était son Statut de 1957 ; alors que nous étions – et nous sommes encore – très nombreux à considérer que les véritables freins sont plutôt à rechercher du côté de ses directions successives !
Egalement très agaçant était le ton employé par M. Louette à l’égard de certains syndicalistes – dont moi-même – qu’il cherchait à dépeindre comme anti-modernes et réfractaires à tout changement.
Le CE du 17 septembre 2009 : le «salmigondis» du plan Louette :

DS : « Votre document de 30 pages, très honnêtement, pour moi et pour beaucoup, c’est un salmigondis de propositions vagues. Lors du dernier CE, nous avons mis le doigt sur le fait qu’il est question dans ce document d’un business plan précis qui devait, normalement, être préalable à la recherche de fonds, et vous nous avez dit: ce sera fait, vous l’aurez avant [NB : nous ne l’avons jamais reçu, et M. Louette a continué jusqu’à son départ à présenter un projet basé sur un «business plan» qui n’était pas encore écrit !]. Vous avez soumis ce projet à l’extérieur avant de nous le soumettre, ce qui à mon avis n’est pas loin d’une entrave, et vous vous étonnez que l’on vous parle d’opacité…. »
Pierre Louette : « Ce n’est pas de l’opacité, c’est de l’incertitude, les mots ont un sens. »
M. Louette ayant évoqué, et pas pour la première fois, des mots tels que «fantasmes» et «craintes» pour parler des réserves exprimées par les élus au sujet de son plan, je poursuis:
« Les discours que vous faites sur l’avalanche de fantasmes, etc. sont assez fatigants à la longue. Ils me rappellent la phrase de Bertold Brecht: le gouvernement n’aime pas le peuple et aimerait le dissoudre afin d’en élire un autre. Nous sommes les représentants du personnel dans cette entreprise, nous ne sommes pas des imbéciles. Vous avez mis en avant un projet que nous désapprouvons, comme beaucoup. La pétition pour la défense de l’AFP a recueilli 18.500 signatures. Chacun a son point de vue, et ce n’est pas la peine de nous parler comme si nous étions des enfants. »
Pierre LOUETTE : « Moi je trouve que le mot «salmigondis» est un peu méprisant. »

Cette entrée a été publiée dans AFP (Agence France-Presse). Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Les commentaires sont fermés.