Une entreprise de presse doit-elle réglementer l’expression de ses salariés sur son forum Internet ?

Ce texte est également disponible en / Also available in: Anglais

La question est posée par un communiqué de mon syndicat en date du 7 mars 2011 : « Agence FesseBook : cachez ces commentaires qu’on ne saurait lire !« .

Un salarié s’exprime sous son vrai nom sur l’une des pages Facebook mise en place par son entreprise, prenant soin de préciser qui il est.

Au bout de quelques messages, l’administrateur de la page décide subitement de bloquer le salarié, qui n’a plus la possibilité d’écrire de commentaires. Le salarié ne reçoit aucun message l’avertissant de ce changement, ni aucune explication par la suite.

Quelques réflexions

Je ne me situe pas ici sur le plan juridique, qui en France est semble-t-il assez favorable au salarié. Contrairement à la situation dans bon nombre d’autres pays, ce dernier jouit en effet de la liberté d’expression, y compris sur le lieu de travail. A condition, bien entendu, de ne pas dénigrer de façon excessive son employeur et de ne se livrer à aucune calomnie ou attaque personnelle.

Je ne pose pas non plus la question de la participation à des forums Internet à partir du lieu de travail : pour ce qui me concerne, je n’interviens sur les forums web qu’à partir de mon domicile, sur mon temps libre.

Ce qui suit concerne à la fois l’intérêt de l’entreprise et la cause de la liberté d’expression, y compris sur l’exercice du métier de chacun. Inutile d’ajouter que dans le cas d’une entreprise de presse, et de surcroît une agence qui jouit d’un statut tout à fait particulier, ces deux intérêts sont censés coincider !

Anonymat

Une question qui se pose de manière évidente est celle de l’anonymat. En effet, sachant qu’il est facile sur la plupart des sites participatifs de créer une identité factice, rien n’empêche le salarié de participer aux forums mis en place par son entreprise sous un faux nom – à ses risques et périls, bien entendu.

Mais une telle démarche, condamnée de nos jours par de nombreux internautes et même mise en cause par le législateur dans certains cas, ne paraît pas satisfaisant dès lors qu’on participe à des forums « grand public » et qu’on n’échange pas des informations ultra sensibles (cf le cas Wikileaks).

En tout cas, la possibilité pour un salarié de dissimuler (ou d’essayer de dissimuler) son identité implique que l’employeur ne peut au mieux que tenter de réglementer l’expression de son personnel.

Dans l’intérêt de l’entreprise, comme du salarié, il me semble que quel que soit le principe souhaité par l’employeur, ce principe doit être, dans la mesure du possible, cohérent.

Il ne paraît pas normal, par exemple, que certains salariés puissent s’exprimer en toute liberté et sous leur vrai identité sur tel forum mis en place par l’entreprise, alors que d’autres se trouvent bloqués dès lors qu’ils expriment des opinions qui ne plaisent pas à l’employeur.

Exemple d'un commentaire qui a été supprimé, avec lien vers la vidéo dont il est question

Il ne faut tout de même pas oublier qu’un forum, par définition, est conçu pour permettre l’expression des opinions. D’ailleurs, si l’entreprise souhaite attirer beaucoup de monde sur ses forums afin de construire son « image », il paraît évident qu’elle a intérêt à encourager les expressions les plus diverses et les plus réfléchies !

Rien n’est plus ennuyeux et rébarbatif qu’une succession de commentaires sans grand intérêt, truffés de fautes d’orthographe.

Par ailleurs, dans le cas spécifique d’une entreprise de presse, il faudrait sans doute faire une distinction entre ses journalistes « connus du grand public » et ses autres salariés, qui ne signent jamais des articles ou des images susceptibles d’être publiés sur Internet. (Pour ce qui me concerne, j’appartiens plutôt à la deuxième catégorie, étant connu à l’extérieur surtout en tant que syndicaliste et non pas en tant que « plume »).

Autrement dit : quel que soit le principe que l’employeur va (essayer de) mettre en place, il me semble qu’il se doit d’être cohérent et s’appliquer à tout le monde.

Autre principe, qui me paraît particulièrement pertinent dans le cas présent : si un employeur souhaite que ses salariés s’expriment en premier lieu en interne, il faut leur donner l’occasion de le faire ! Par exemple, en évitant de traiter les instances représentatives du personnel comme de simples chambres d’enregistrement !

Pour ce qui concerne la stratégie de mon entreprise sur Internet, j’affirme qu’il n’a pas été possible d’en débattre de manière loyale au sein du Comité d’entreprise : pour un exemple récent, voir le compte-rendu SUD d’une séance consacrée à cette question brûlante.

Enfin, il doit être évident que l’idée selon laquelle le fait de paraître sur Internet ne pose que quelques questions purement techniques est à proscrire absolument. Chaque geste, chaque intervention, chaque page peut recéler des complexités et provoquer des effets inattendus. Le diable, comme nous disons en anglais, se niche dans les détails !

Cette entrée a été publiée dans Non classé. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Une entreprise de presse doit-elle réglementer l’expression de ses salariés sur son forum Internet ?

  1. Thébault dit :

    Comme le disait notre ami commun Thomas Paine ( Anglais de naissance, Américain d’adoption, Français par décret) : »Lorsque les opinions sont libres, la vérité finit toujours par l’emporter ».
    En censurant les libres opinions de certains des intervenants dans ses forums Anastasie a-t-elle retrouvé un emploi à l’AFP qui aurait peur de la vérité ?